Feu vert à Total sur l’huile de palme : le triste renoncement de Hulot

Feu vert à Total sur l'huile de palme : le triste renoncement de Hulot
Nicolas Hulot, ministre de l’Environnement et de la Transition écologique. (AFP PHOTO)

Tant pis pour la planète : pour faire plaisir à Total, mais aussi à la Malaisie et l’Indonésie, le ministre  autorise l’importation de 300.000 tonnes par an de ce produit décrié.

Par 

Il est certes devenu un peu trop facile d’ironiser sur le chapelet de couleuvres qu’avale depuis un an Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique. Mais celle-ci est trop grosse pour la laisser passer, c’est un boa. Mercredi, avec le feu vert du ministre, la préfecture des Bouches-du-Rhône a autorisé le groupe Total à exploiter une bioraffinerie sur son site de Mède, près de l’étang de Berre. Dès cet été, Total importera au moins 300.000 tonnes d’huile de palme par an, ce qui représente une augmentation des importations françaises de ce produit de 36%.

En juillet 2017, en présentant son plan climat,  Nicolas Hulot proposait de « fermer la fenêtre d’opportunité qui permet d’incorporer de l’huile de palme dans les carburants ». Mais dès sa nomination, le ministre a vite dû faire machine arrière.

Une déforestation monstrueuse

L’huile de palme a beaucoup de qualités : elle est facile à cultiver, et donc peu coûteuse ; c’est un produit très stable, qui résiste à la chaleur et à l’oxydation ; elle est facile à « travailler » dans un processus industriel. Mais comme on le sait, c’est une horreur. Pas tant pour la santé, bien que ses graisses saturées ne soient pas la panacée. Pour l’extraire, on se livre en Indonésie et en Malaisie (90% de la production) à une déforestation monstrueuse, afin de planter des palmiers à huile.

Or, qui dit déforestation dit massacre des derniers orang-outans et des gibbons, destruction de la biodiversité, brûlis extrêmement polluants, expropriations de villages… Mais aussi aggravation du réchauffement climatique. Car, comme le rappelait Nicolas Hulot avant qu’il ne soit ministre, « la déforestation est responsable de 10% des émissions de gaz à effet de serre mondiales ». Selon une étude commandée en 2016 par la Commission européenne, l’huile de palme est trois fois plus néfaste, en terme d’effets de serre, que les énergies fossiles.

Les proportions de cette industrie de l’huile de palme sont gigantesques. Il ne s’agit pas seulement d’ajouter quelques grammes au Nutella : l’huile de palme représente un quart de toute l’huile produite dans le monde. Des chips à la mayonnaise, cette graisse végétale est présente dans la majorité des produits alimentaires industrialisés et de nombreux produits de beauté. Elle sert principalement à l’industrie du carburant : en France, 75% de l’huile de palme importée termine dans les réservoirs de véhicules.

Lire la Suite:
Source : Feu vert à Total sur l’huile de palme : le triste renoncement de Hulot

Leave A Reply